Nouvelle création : le détour que fait la lumière (Boppe, Deleuze, Cremer, Malavergne)

Poésie sonore pour un récitant et trois musiciens.

Le détour que fait la lumière est un long poème de Guillaume Boppe, édité en 2020 par la Société danoise de littérature contemporaine en langue française, au sein de l’anthologie bilingue Poetiske rum / Espaces poétiques.

Scénario labyrinthique où se croisent dérives urbaine, mentale et cinématographique, ce texte a inspiré le musicien Pascal Deleuze (trompette et loops), pour une mise en son, basée sur une lecture par Guillaume Boppe.

Après une première présentation publique de leur travail commun, P. Deleuze et G. Boppe décident en 2021 de monter une nouvelle création autour du Détour, en invitant deux autres artistes à se joindre à eux : Emmanuel Cremer (violoncelle) et Daniel Malavergne (tuba).

Ils débutent répétitions et enregistrements fin 2021, afin de pouvoir présenter au public leur Détour que fait la lumière dès le 1er semestre 2022.

 

Le détour que fait la lumière
Auteur, poète et récitant : Guillaume Boppe
Mis en son : Daniel malavergne, Emmanuel Cremer, Pascal Deleuze
Ingenieur du son : Yann Le Floch

Session enregistrement Paloma (Nîmes), Novembre 2021

« Elle est le grand hall

et le grand hall c’est elle,

il n’y a qu’au-dehors que rien ne colle

à rien,

 

le calme n’est pas le même qu’ici :

 

toute craquelée de bruits, la ville,

morceaux par morceaux

s’enfouit dans son drap sale,

efface de ses hanches

le détour qu’a fait la lumière. »

guillaume boppe
Guillaume Boppe
Il vit à Nîmes mais voyage absolument partout. Dans son travail d’écriture, il explore toutes sortes de lieux, sans faire la différence entre ceux qu’il traverse, ceux qui n’ont jamais existé et ceux qui ont disparu. Il s’intéresse également aux discours de propagande.
« Les poèmes de Guillaume Boppe ont la curieuse propriété d’opérer un double mouvement, d’apparence contradictoire, de prolifération et d’évidement. » (Yann Miralles).

Daniel-Malavergne
Daniel Malavergne, enfant d’harmonie, médaillé de conservatoire, routier fanfare, balafré de jazz.
Cette maîtrise l’emmène à croiser la route d’artistes internationaux tels que Patrick Vaillant, Alfred Spirli, Claude Tchamitchian, Pascal Llorret… C’est en intégrant la compagnie Musica Brass que Daniel entame une insatiable exploration créatrice de sa musique, qu’il enrichit de ses multiples collaborations au sein de compagnies de théâtre, d’art de rue, de danse et de cirque – en France et à l’étranger.
Aujourd’hui, riche de répertoires et d’influences musicales variés, il crée sa propre instrumentation, du coquillage au tuyau, il excelle au baryton, au tuba contrebasse et à l’hélicon, et s’accomplit autant dans son Solo n°1, que dans la direction de puissantes fanfares, ou dans le jeu d’improvisation avec Auprès de ma Blonde.

emManuel_cremer
Emmanuel Cremer
, après avoir étudié le violoncelle au Conservatoire de Marseille, s’être perfectionné à l’Université de Montréal (Canada), poursuit là bas un cursus en composition et arrangement  puis s’oriente vers le jazz et l’improvisation, à travers des collaborations diverses:
Il se produit sur de nombreuses scènes européennes au sein du collectif Emir du contrebassiste Barre Philips, avec le guitariste Raymond Boni, Joe McPhee (Terronès, Blue Marge–Socadisc, 2004), le quatuor Stanislas,
Gustavo Ovalles, le groupe Méandres (lauréat de «Jazz à Porquerolles» 2010).
En 2010 il est résident de l’OMI International Art Center de New York. Il collabore avec Fay Victor, Elisabeth Harnik, Carmina Escobar, Taylor Ho Binum… Il joue avec le pianiste américain Denman Maroney en France et aux Etats-Unis. L’année suivante il joue à Mexico DF avec Alexander Bruck, Wilfrido Terrazas, puis en Europe avec Famoudou Don Moyé du légendaire Art ensemble of Chicago, Isabelle Duthoit , Tim Perkis (électronique) ainsi qu’en solo (Coma, Alambik Musik).
Il se produit régulièrement en concert  sur les scènes françaises,  ainsi qu’en Allemagne, en Belgique, au Mexique, aux USA et au Canada.

pascal deleuze
Pascal Deleuze
Performeur et musicien, il apprend la trompette et d’autres instruments.
Sa pratique profondément libre de la musique « transversale » l’a conduit à de nombreuses collaborations pour le théâtre, la danse et le cinéma.
Il fonde sa pratique sur des inspirations bruitistes.
« Plus que les notes, c’est la dimension à la fois matérielle, ondulatoire et spirituelle du son qui m’intéresse ».

 

 

Le coude – performance de Guillaume Boppe et Pascal Deleuze

Rencontre, lecture et performance

Lecture de Le Coude (éditions Propos 2)
en dialogue avec le musicien Pascal Deleuze.

Quatrains-propagande (éd. Anima), performance lecture

18h30 – accueil/ lectures apéritives 19h – GUILLAUME BOPPE

Maison de la Poésie Jean Joubert Moulin de l’Evêque
78, avenue du Pirée 34000 Montpellier

Mercredi 8 décembre

Guillaume Boppe
Il vit à Nîmes mais voyage absolument partout. Dans son travail d’écriture, il explore toutes sortes de lieux, sans faire la différence entre ceux qu’il traverse, ceux qui n’ont jamais existé et ceux qui ont disparu. Il s’intéresse également aux discours de propagande.

« Les poèmes de Guillaume Boppe ont la curieuse propriété d’opérer un double mouvement, d’apparence contradictoire, de prolifération et d’évidement. » (Yann Miralles).

lecture performance maison poesie montpellier guillaume boppe

 

Pascal Deleuze
Performeur et musicien, il apprend la trompette et d’autres instruments.
Sa pratique profondément libre de la musique
« transversale » l’a conduit à de nombreuses collaborations pour le théâtre, la danse et le cinéma. Il fonde sa pratique sur des inspirations bruitistes.
« Plus que les notes, c’est la dimension à la fois matérielle, ondulatoire et spirituelle du son qui m’intéresse ».

pascal-deleuze performance maison poesie montpellier guillaume boppe

 

« Censure les poèmes venus de l’enfer ! Viennent les poèmes censurés de l’enfer ! Viennent les censures de l’enfer poème ! Censure l’enfer des poèmes venus ! »

quatrains-propagande guillaume boppe

Dans les Quatrains-propagandes, Guillaume Boppe convoque des sentences d’Enver Hoxha, Mao Zedong, Ben Laden, Staline, Trump, Bolsonaro, Chiang Ching, Ahlam al-Nasr, ou encore Jules César ou Bokassa. Dans une logique que ne renierait pas la musique industrielle, il s’empare de ces formules pour les renvoyer sur le réel tel un objet de contre-envoûtement. Ou comme le disait Ghérasim Luca :
« mon éthique phonétique je la jette comme un sort sur le langage. »

 

 

maison-poesie-montpellier

Maison de la Poésie Jean Joubert.
Inscription et renseignements : maisondelapoesie@orange.fr http://www.maison-de-la-poesie-languedoc-roussillon.org

Dream time

« Dream time » est une performance de Pascal Deleuze à l’invitation des Editions Venus d’ailleurs qui installe un programme estival en Provence, l’Oeil Heliotrope.

Pascal improvisera durant 30 mns seul en scène avec sa trompette, à partir de la comosgonie aborigène et des oeuvres issues de la collection Alan Austin.

pascal-deleuze-dreamtime performance 2021 Fourques l'oeil heliotrope venus d'ailleurs

C’est en 1973 qu’Alan Austin découvre la culture des aborigènes des terres d’Arnem du nord de l’Australie. Journaliste militant, il devient littéralement porteur de parole en entreprenant un vaste travail radiophonique. Son brevet de pilote en poche, il arpente le pays et rencontre un grand nombre d’artistes au fil du temps (Djardie Ashley, «Lofty» Nadjamerrek, Gregory Wood, Garry Nalorman, Michael Naborhlborhl, Robert Namarnyilk, Graham Badari, Isaiah Nagurrgurrba, Madigan Thomas, Charlie Nunamawuy…) et fait l’acquisition d’œuvres au gré de ses voyages.

Vendredi 18 Juin 2021
Performance Pascal Deleuze « Dream time »  à 19h
74 rue Portagnel – Arles
+ d’infos

pascal-deleuze-dreamtime performance 2021 Fourques l'oeil heliotrope venus d'ailleurs

Un concert clôturera ce cycle d’expositions où se produira également Pascal le 21 septembre, toujours en Camargue.
Stay tuned …

Extérieurs : création de podcasts

Exterieurs-flyer projet radio podcast dominique balaÿ pascal deleuze

Extérieurs est un projet de création radiophonique de Dominique Balaÿ, proposé en deux temps : d’abord une série d’émissions en direct qui a lieu depuis plusieurs années à Nîmes  pour explorer les liens entre le Centre de rétention et la salle de musique Paloma,  puis des podcasts associés à chaque émission.
« Paroles d’habitants et éclats de vie dans le quartier Courbessac à Nîmes où se déroule tous les ans (en juin) l’un des plus important festival de rock indé.
Mais ce quartier avant d’être celui de la culture et de la fête est d’abord celui du Centre de Rétention Administrative (CRA) qui a accueilli bon nombre de migrants en provenance de Calais en vue de traiter leur situation : expulsion, transport vers d’autres centres, quelques uns s’autorisant à tenter l’aventure sur place. »

cra-paloma exterieurs dominique balay radio podcast pascal deleuze
Le centre de rétention administratif de Nîmes et la salle de spectacles Paloma en voisinage étroit dans le projet radiophonique de Dominique Balaÿ

A sa demande, je me suis servi de mon dispositif Larsen Bleu, déjà expérimenté notamment en performance : jeu de stéréotypies sonores où je bruite ma trompette sur des engagements très serrés.
L’enjeu était de restituer un podcast qui soit comme une  » trace de ce qui fut : quelque chose entre la blue note des champs de coton et une sirène d’alerte signalant une présence humaine. »

J’en ai également tiré un drone plus étendu qui chapeaute tout le projet sur les 6 ans. Le voici :

Tous les podcasts sont à écouter sur webSYNradio qui a produit et diffusé le projet :
http://synradio.fr/exterieurs/

 

Le détour que fait la lumière, avec Guillaume Boppe et Pascal Deleuze

Poésie sonore pour un récitant et un musicien.
1er Octobre, 20h
L’épicerie de Nîmes, 14 rue de l’Agau, Nîmes.
PAF  libre.
Attention : jauge limitée.

Performance sur un texte de Guillaume Boppe paru récemment dans l’ouvrage Espaces poétiques, Société danoise de littérature contemporaine en langue française, 2020.
Pascal Deleuze improvise à la trompette, avec un dispositif sonore spécialement mis au point pour la performance : « couleur de son – larsen bleu ».


Pascal Deleuze, Guillaume Boppe (photo Richard Sauvage)

« Qui rentre dans l’écran
comme dans une maison
abandonne enfin tous ses membres,
avec dans ses yeux
le céladon des lacs,
des plaines sous les montagnes.

Qui rentre dans l’écran
est à genoux, la vie domine,
ce qui se projette sur les murs
étend son corps
qui bouge à jamais
et mange la pierre. »

Guillaume Boppe (extrait, Le détour que fait la lumière)

guillaume-boppe-vincent-capes
Guillaume Boppe (photo V.Capes)

Guillaume Boppe vit à Nîmes et voyage absolument partout.

 

 

Rituel, avec Pierre Bastien, Guillaume Séguron, Pascal Deleuze, live à Avignon, 21 fev 2020

Pascal Deleuze | RITUEL
avec Pierre Bastien : trompette / Guillaume Séguron : contrebasse / Pascal Deleuze : trompette

+ Alice Khan (1ere partie)
avec Cyril Torrès : clavier, chant / Pascal Deleuze : trompette, voix

vendredi 21 février 2020
Théâtre de la Carreterie, Avignon
RITUEL sur une idée de Pascal Deleuze  : musique live pour 3 musiciens
d’après Le Rituel du Serpent d’Aby Warburg


Aby Warburg, historien de l’art, Santa Fé, 1896

Ce projet réunit trois musiciens qui ont composé un motif musical à partir du travail documentaire d’Aby Warburg sur le Rituel du Serpent des indiens Hopi (Amérique du Nord).

Sur scène, Pierre Bastien et Pascal Deleuze (trompette), et Guillaume Séguron (contrebasse) proposent une correspondance avec les fabuleuses explorations menées par Aby Warburg à la fin du XIXeS  – début XXe.

Il s’agit de tracer une ligne entre les musiciens, chacun apportant sa propre énergie pour créer une musique transversale, comme un zig zag  entre jazz, souffle poétique et musique incantatoire, dans un dispositif technique minimal.
Les voix sont mises à contribution dans un set voulu serré et intense. L’enjeu est de restituer une présence, celle, singulière constituée par les musiciens se confrontant à un motif, mais également celle exprimée dans la dimension symbolique d’un rituel.

Une œuvre hybride où les musiciens jouent au risque d’une fusion avec l’animalité … qui se produira, ou pas !

Photos Richard Sauvage

En première partie de la soirée, le duo Alice Khan (Cyril Torrès + Pascal Deleuze) , ambient & machine,  trompette, clavier & chant
installeront une atmosphère pour une entrée en matière concertée et favorable.
Set d’improvisation de 30 mns.
https://alicekhan.bandcamp.com/

pierre-bastien rituel avignon 2020 theatre carretrie seguron deleuze
Pierre Bastien (Paris, 1953) a fabriqué plusieurs orchestres automatiques. En concert il s’accompagne de la dernière version de ses nombreuses constructions. Les précédentes et parfois les toutes dernières ont une autre vie sous forme d’installations.
Parmi ses nombreuses collaborations – avec le cinéaste Karel Doing, les chorégraphes Dominique Bagouet et Roberto Olivan, la compagnie du styliste Issey Miyake, les musiciens Jacques Berrocal, Pascal Comelade, Robert Wyatt, Grimo, Alexei Aigui, Steve Argüelles, Phonophani, la compagnie de cirque Trottola, le jongleur Jérôme Thomas… – il faut distinguer un travail épisodique mais constant avec Pierrick Sorin.
Sa musique est publiée sur les labels Signature-Radio France, Western Vinyl, G3G, Inpolysons, Gazul et Rephlex.
http://www.pierrebastien.com

Photo-Guillaume-Seguron-rituel-concert
Guillaume Séguron (Nîmes, 1971)
De lʼacoustique à lʼélectrique, de lʼécriture à lʼimprovisation, du solo aux grands orchestres, Guillaume Séguron a toujours privilégié la pluralité stylistique. La musique est pour lui un espace ouvert dans lequel sʼimbriquent des techniques instrumentales protéiformes et de multiples influences (cinéma, peinture, histoire…). Il traverse les univers et les pratiques musicales avec la détermination de celui qui se pose avant toute autre chose la question du «comment».
Plus par attitude que par doute, Guillaume Séguron explore tôt plusieurs directions. Il mène conjointement un cursus universitaire dʼhistoire de lʼart et dʼarchéologie, une activité de plasticien et des études musicales au conservatoire de Nîmes avec Georges Roques puis à Paris avec Bernard Cazauran et Jean–François Jenny–Clark.
Très vite arrivent les premiers groupes de Jazz et de musiques improvisées, les orchestres classiques, les opérettes… On le retrouve ainsi se confrontant à des univers forts différents allant du rock à la musique contemporaine et du théâtre à la danse. Il mène conjointement une activité dʼinstrumentiste au sein de multiples ensembles ainsi que la direction de plusieurs projets dont il est lʼinitiateur.
Guillaume Séguron sur spotify

pascal-deleuze- rituel serpent avignon 2020
Pascal Deleuze (Livry- Gargan, 1970). Affecté par un trouble de l’intégration depuis l’âge de 16 ans, il s’affirme pourtant comme performeur et musicien, apprend la trompette en autodidacte. Sa pratique profondément libre de la musique qu’il qualifie lui même de « transversale » plutôt qu’expérimentale, l’a conduit à de nombreuses collaborations pour le théatre, la danse et le cinéma.
Voir ses projets ici : http://salondemusique.synradio.fr/pascal-deleuze-bio/

cyril-torres-alice-kahn
Cyril Torrès (Nîmes, 1970), compositeur de « songs», de pièces expérimentales, électroacoustiques, musiques d’application (danse, théâtre, lectures…), chanteur, batteur, guitariste et joueur de claviers. Membre fondateur du collectif audio-mastick dans les années 2000 (Arte / émission tracks) entre autres. Passionné par la musique du moyen-âge, les musiques traditionnelles de transe ou religieuses, tout autant que de rock, avec un bagage classique (piano, percussion, formation et culture musicale).
Sorte de « moine-copiste » moderne, élève de Bruno D’Auzon, stagiaire auprès de Robert Fripp (« Guitar Craft »), entretenant depuis un intérêt certain pour la musique en tant qu’architecture du silence.
En duo avec Pascal Deleuze depuis 2017, au sein de Alice Khan, entité musicale basée sur l’improvisation autour de sujets littéraires ou visuels (Adonaïs de Shelley ; utilisation du tarot de Marseille, intervention d’autres artistes tous azimuts…).
https://alicekhan.bandcamp.com/

————————–

Infos pratiques
Vendredi 21 février – Théâtre de la Carreterie – 20h
101 Rue Carreterie, 84000 Avignon
PAF : 8 €
Réservation : 06 67 97 83 11 – theatrecarreterie@gmail.com
Attention : jauge limitée

theatre_carreterie

Pierre Bastien – Quiet motors + Pamelia Stickney + Trou Noir Chill Out au Spot, Nîmes

QietMotors-®studiowalter_soiree-salon-de-musique-pascal-deleuze

Le salon de Musique, Anima, Trou Noir Disques et Le Spot présentent :

QUIET MOTORS, un concert événement de PIERRE BASTIEN (FR)
+ 1ère partie PAMELIA STICKNEY (US)
+ TROU NOIR chill out


Infos pratiques
Vendredi 24 mai – Le Spot – 20h
8 rue Enclos Rey, 30000 Nîmes
lespotnimes.com
PAF : 8 €
Réservation : resaspot@gmail.com ou au 04 66 36 85 64

concert-pierre-bastien-spot-salon-de-musique-pascal-deleuze



PIERRE BASTIEN / QUIET MOTORS – MOTEURS CALMES
un concert événement de Pierre Bastien

Suite de sept compositions pour harpe africaine kundi,

élastiques,
trompette préparée,
violon à clous,
vidéo et machines artisanales.

Mes machines à faire de la musique ne s’achètent pas dans le commerce. Je les construis patiemment dans mon atelier à l’aide d’un tournevis et d’un fer à souder. Elles ne se cachent pas sous un boîtier d’acier poli. Au contraire, elles exhibent leur mécanisme depuis le moteur électrique qui active les poulies et rouages, jusqu’au mouvement final qui produit le son. Une caméra les scrute tout au long du concert, pour une projection en temps réel et à grande échelle de leur activité musicale. Ainsi l’auditeur est à la fois le spectateur d’un monde sonore dans lequel il voyage, dont il découvre chaque source magnifiée par la vidéo. Il explore la musique par l’écoute et le regard, comme s’il se promenait à l’intérieur de la composition.

 » Je connais le travail de Pierre Bastien à travers l’ouvrage de Philippe Robert sur les musiques expérimentales. Et après l’avoir écouté, j’avais très envie de le rencontrer et de faire partager son univers poétique »
Pascal Deleuze, Le salon de Musique

photos Richard Sauvage

Pierre Bastien (Paris, 1953) a fabriqué plusieurs orchestres automatiques. En concert il s’accompagne de la dernière version de ses nombreuses constructions. Les précédentes et parfois les toutes dernières ont une autre vie sous forme d’installations.
Parmi ses nombreuses collaborations – avec le cinéaste Karel Doing, les chorégraphes Dominique Bagouet et Roberto Olivan, la compagnie du styliste Issey Miyake, les musiciens Jacques Berrocal, Pascal Comelade, Robert Wyatt, Grimo, Alexei Aigui, Steve Argüelles, Phonophani, la compagnie de cirque Trottola, le jongleur Jérôme Thomas… – il faut distinguer un travail épisodique mais constant avec Pierrick Sorin.
Sa musique est publiée sur les labels Signature-Radio France, Western Vinyl, G3G, Inpolysons, Gazul et Rephlex.
http://www.pierrebastien.com



PAMELIA STICKNEY

Le thérémine, instrument mythique qui fascinait Egdard Varèse a été inventé par un savant soviétique en 1920.
C’est l’un des tous premiers instruments électroniques qui précède les ondes Martenot de plusieurs années, et a pour caractéristique d’être le seul instrument qui se joue sans contact physique.

Pamelia Stickney (anciennement Pamelia Kurstin) est, depuis Clara Rockmore, sans conteste la plus grande virtuose du thérémine qu’elle traite non en curiosité exotique, mais comme un instrument à part entière capable de reproduire le registre de la voix humaine ou de la contrebasse et qui s’intègre aussi bien dans une instrumentation classique que dans un contexte contemporain.

photos Richard Sauvage


http://www.pameliastickney.com/

TROU NOIR CHILL OUT

Trou Noir Disques, le disquaire nîmois vous propose ce soir une expérience vinylique participative :  venez présenter à la face du monde votre univers musical, venez avec un ou plusieurs de vos disques  préférés et plus précisément avec un ou plusieurs morceaux qui vous font « triper »… Popopo…
Pas de chi-chis, on sait bien que ça vous arrive de vous mettre en croix sur un lit et de faire péter  les yeux fermés ce morceaux de 8’30 avec cette montée de tous les diables !!!! En effet, nous disposerons chaises,  bancs et autres pour se poser autour d’une platine vinyle (tout ce qu’il y a de plus sûre et sérieuse, pas un crin crin n’ayez craintes) posée sur un cube au milieu de la salle. Le but du jeu sera de se faire plaisir  et venir chacun votre tour passer ce(s) fameux morceau(x) qui font voyager que nous ferons péter copieusement…
Dans le noir… TOUS styles acceptés…

http://shoptrounoir.com/

Infos pratiques
Vendredi 24 mai – Le Spot – 20h
8 rue Enclos Rey, 30000 Nîmes
PAF : 8 €
Réservation : resaspot@gmail.com ou au 04 66 36 85 64

concert-pierre-bastien-spot-salon-de-musique-pascal-deleuze_verso

 

Romain Thorel, clavier & cor d’harmonie, 14 juin 2018

14 juin 2018
Romain Thorel, clavier & cor d’harmonie
Romain Thorel propose une musique électronique incarnée, avec des rythmiques massives ou légères, des claviers puissants et envoûtants, des basses tranchantes ou veloutées, qui sont le reflet d’influences diverses (Flume, Rone, Max Cooper, Chet Faker, Fakear, Tom Yorke, Sigur Ross, James Blake et tant d’autres…). Sous le nom de MAïïN, ouvert à l’improvisation en live, aux collaborations avec différents artistes et formes d’arts, il entend faire vivre sa musique en proposant des interprétations uniques et éphémères… comme pour cette neuvième et dernière session du Salon de Musique pour l’année 2017/18.
 

MAïïN
www.maiin-music.com
https://www.facebook.com/maiinmusic/
https://m.youtube.com/channel/UCJ89qvngGLtWniuoNZOJLLQ

Michaël Grebil Liberg, musique baroque electrifiée, 10 mai 2018

10 mai 2018
Michaël Grebil Liberg, musique baroque electrifiée

The Ørpheus String Theory
Ballads in the Inner Chapel

Une traverse´e libre des antichambres de Michaël Grebil Liberg ; une nef se projetant sur la toile médiévale du Trøbar et de Guillaume de Machault d’un côte´, un øbscur-tronic en son centre, et l’esprit actuel des ballades angloyses et américaines de l’autre, Mark Hollis, David Sylvian, Mark Kozelek…  Une approche de Orphée et Eurdyce.

 

Tom Gareil, vibraphone, 12 avril 2018

12 avril 2018
Tom Gareil, vibraphone

A partir de son vibraphone et une multitudes d’objets sonores, Tom Gareil s’adonne a créer un monde imaginaire et singulier où se mélange jazz, pop, électronique et musique expérimentale. A l’aide de pedales d’effets et looping, Tom Gareil invente ici une musique débridée, aussi mélodique que rythmique, autant révoltée qu’envoûtante.

tom_gareil-salon-musique-avril18-pascal-deleuze
Photos Richard Sauvage

12 avril 2018
Tom Gareil invité du Salon de Musique #7, un très beau moment vibratoire avec un hommage engagé à Higelin.